Studio Rey
Fra    Eng
Menu

Livres pour enfants

Mon engagement auprès des enfants

Sans en avoir conscience, mes premiers reportages photographique prirent naturellement cette orientation.
La misère des enfants conditionne l'avenir du monde ,mon travail tente d'en témoigner.
Nelson Mandela nous dit « pas un enfant de plus, pas un jour de plus ».
Préserver la beauté du monde ne consiste pas seulement à protéger l'environnement mais aussi à s'occuper de leur habitant.

Lire la suite

Voir la galerie photos

Mon engagement auprès des enfants

Sans en avoir conscience, mes premiers reportages photographique prirent naturellement cette orientation.

La misère des enfants conditionne l'avenir du monde ,mon travail tente d'en témoigner.

Nelson Mandela nous dit « pas un enfant de plus, pas un jour de plus ».

Préserver la beauté du monde ne consiste pas seulement à protéger l'environnement mais aussi à s'occuper de leur habitant.

La génération né dans cette dernière décennie est la plus nombreuse que la terre ait jamais porté. Si l'on ramène en pourcentage la répartition planétaire,32% d'entre eux soufrent de malnutrition,27%ne sont pas vacciné et 39 % vivent dans des zones insalubre !

9% d'entre sont mort avant d'atteindre leur 5 ans.

Encore quelque chiffres….250 millions d'enfants travail,100 000 sont engagé dans différente lutte armé,100 millions vivent dans la rue,1,2 million sont infecté par le VIH.

« La mobilisation et l'éducation ont le pouvoir de sauver les jeunes filles de la pauvreté ,les familles de la pauvreté, les familles de la pauvreté, les bébés de la mort »N.Mandela


Je partais en 1993 pour l'association Tibet libre avec 200 kg de médicament( et pas mal de whisky planqué à mon insu :).Les enfants étaient partout, tant d'énergie au milieu du cahot. Ces quelques mois entre Delhi et Lhassa furent décisif pour la suite! De retour en France l'UNESCO m'envoyait vers l'UNICEF qui décidait de me confier mes premiers grands reportages humanitaire.

Les années 90 ont marqué pour l'UNICEF le début d'une stratégie de prévention auprès des populations, les thématique de santé, de protection et de problématiques militaire ont motivé une accélération sur le terrain de l'information. L'Unicef occupe une stratégie déterminent pour la protection des enfants. Dans beaucoup de situations, violences et abandons complique voir interdise d'assurer convenablement le respect de leurs droits et de leur dignité.


La priorité absolue de proposer des alternative pérenne est un des pilier fondamentaux, la scolarisation, des soutiens à l'apprentissage, à la communauté dans son ensemble.

Grace à l'engagement et au dévouement de ces hommes des milliers d'enfants furent arraché de la lutte armé.

Cette lutte devrait réunir, solidariser l'humanité autour de solutions immédiate et définitive! En Afrique, en Asie ou en Amérique nous devrions être mobilisé pour tous ces enfants exploités par les adultes, embrigadé dans une armée (estimation à 250 000 enfants), parmi les rebelles ou la guérilla, il sont les victimes silencieuses d'enjeux qui les dépassent.


Bien des situations restent dramatique, les chiffres et les statistiques reflètent froidement cette réalité!

Tortures sexuel, enfants soldats, diffusion du VIH, vaccination....Il reste tant à faire!

Le SIDA, une pandémie mondiale qui concerne les enfants infecté par leurs mère, un fléau capable d'abattre des pans entier d'une société, une maladie engendrant souffrance, vulnérabilité.

Une évolution toujours trop lente au vue d'une situation explosive mais les progrès sont bien la, des résultats à hauteur d'engagement sans faille. Le nombre d'enfant traité à été multiplié par 3 (de 75 000 à 198 000 aujourd'hui), les femmes séropositives traités pour éviter la transmission du virus à doublé.

Cependant 15 millions d'enfants sont orphelins, des destins brisé que bien des organisations tentent d'aider par de multiple initiatives.

J'ai travaillé au coté de professionnel, de bénévoles, tous animé par la même volonté, une ambition extraordinaire pour un monde meilleur, une énergie tourné vers le devenir de notre humanité.

Mes reportages photographique ont illustrer bon nombre de ses problématiques, des engagements encore bien insuffisant, une approche encore trop superficiel, des réalités à peine effleuré!

Afin de financer mon implication (bénévole) sur le terrain, éditeur et presse furent décisif.

Chaque livres et grand reportage fut ainsi commandé et acheté avec des synopsis très lointain des cause humanitaire qui n'intéresse finalement pas grand monde...mes photographies de reportage contournent ce que l'on tente de dissimuler derrière une façade proprette, nous laissant deviner, pressentir la face caché de nos sociétés. Mon dernier livre tente avec pudeur de nous interpeler..

Des millions d'enfants souffrent encore de pauvreté, meurent de malnutrition, subissent l'esclavage, n'ont pas d'accès à l'école...

En publiant les dix principes de la déclaration des droits de l'enfant à l'occasion de leur 50 Emme anniversaire, les éditions Belize rappellent la nécessité cruciale de les faire appliquer dans le monde entier.

Cet ouvrage, illustré de photographies, à été réalisé en partenariat avec l'association "un regard, un enfant" parrainée par Corine Touzet, qui vient en aide aux enfants défavorisés de France et du monde.

Ce livre s'adresse à nous tous. Il en appel à notre conscience et à notre responsabilité de citoyen du monde.

Nous prétendons à cette quête de l'instant juste, ce bonheur saisi par des artistes engagés et fraternelle. Loin de l'absurdité de notre monde, nous témoignons de la beauté de l'humanité, de ce qu'elle a de précieux et d'éternelle...L'amour, la poésie exalté par des photographies engagées.

la découverte de ces auteurs n'est pas vraiment évidente...Les média disponible sont en règle général loin de ces considérations....un grand nombre de "professionels"revêtent l'habit sans en avoir l'esprit, la compétence et l'engagement!

Nous avons eus, fin décembre, la chance d'obtenir quelques précieuses minutes de promotions sur TF1 pour l'associations "un regard, un enfant"parainé par Corine Touzet.Merci à tous ces intervenant qui aux travers de leurs engagements participent activement à l'action et aux "changements".


Afin de répondre pleinement aux besoins spécifiques de l'enfance, la communauté internationale adopte, à l'unanimité, lors de l'Assemblée générale des Nations Unies du 20 novembre 1959, la Déclaration des droits de l'enfant. Le texte commence par le rappel des grands thèmes qui ont présidé à la rédaction de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration des droits de l'homme. Référence est faite ensuite à la Déclaration de Genève. Le texte énonce 10 principes.

Préambule

Considérant que, dans la Charte, les peuples des Nations unies ont proclamé à nouveau leur foi dans les droits fondamentaux de l'homme et dans la dignité et la valeur de la personne humaine, et qu'ils se sont déclarés résolus à favoriser le progrès social et à instaurer de meilleures conditions de vie dans une liberté plus grande,

Considérant que, dans la Déclaration universelle des droits de l'homme, les Nations unies ont proclamé que chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés qui y sont énoncés, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation,

Considérant que l'enfant, en raison de son manque de maturité physique et intellectuelle, a besoin d'une protection spéciale et de soins spéciaux, notamment d'une protection juridique appropriée, avant comme après la naissance,

Considérant que la nécessité de cette protection spéciale a été énoncée dans la Déclaration de Genève de 1924 sur les droits de l'enfant et reconnue dans la Déclaration universelle des droits de l'homme ainsi que dans les statuts des institutions spécialisées et des organisations internationales qui se consacrent au bien-être de l'enfance,

Considérant que l'humanité se doit de donner à l'enfant le meilleur d'elle-même,

L'Assemblée générale

Proclame la présente Déclaration des droits de l'enfant afin qu'il ait une enfance heureuse et bénéficie, dans son intérêt comme dans l'intérêt de la société, des droits et libertés qui y sont énoncés; elle invite les parents, les hommes et les femmes à titre individuel, ainsi que les organisations bénévoles, les autorités locales et les gouvernements nationaux a reconnaître ces droits et à s'efforcer d'en assurer le respect au moyen de mesures législatives et autres adoptées progressivement en application des principes suivants :

Principe premier :

L'enfant doit jouir de tous les droits énoncés dans la présente Déclaration. Ces droits doivent être reconnus à tous les enfants sans exception aucune, et sans distinction ou discrimination fondées sur la race, la couleur, le sexe, la langue, la religion, l es opinions politiques ou autres, l'origine nationale ou sociale, la fortune, la naissance, ou sur toute autre situation, que celle-ci s'applique à l'enfant lui-même ou à sa famille.

Principe 2 :

L'enfant doit bénéficier d'une protection spéciale et se voir accorder des possibilités et des facilités par l'effet de la loi et par d'autres moyens, afin d'être en mesure de se développer d'une façon saine et normale sur le plan physique, intellectuel, moral, spirituel et social, dans des conditions de liberté et de dignité. Dans l'adoption de lois à cette fin, l'intérêt supérieur de l'enfant doit être la considération déterminante.

Principe 3 :

L'enfant a droit, dès sa naissance, à un nom et à une nationalité.

Principe 4 :

L'enfant doit bénéficier de la sécurité sociale, il doit pouvoir grandir et se développer d'une façon saine; à cette fin, une aide et une protection spéciales doivent lui être assurées ainsi qu'à sa mère, notamment des soins prénatals et postnatals adéquats. L'enfant a droit à une alimentation, à un logement, à des loisirs et à des soins médicaux adéquats.

Principe 5 :

L'enfant physiquement, mentalement ou socialement désavantagé doit recevoir le traitement, l'éducation et les soins spéciaux que nécessite son état ou sa situation.

Principe 6 :

L'enfant, pour l'épanouissement harmonieux de sa personnalité, a besoin d'amour et de compréhension. Il doit, autant que possible, grandir sous la sauvegarde et sous la responsabilité de ses parents et, en tout état de cause, dans une atmosphère d'affection et de sécurité morale et matérielle; l'enfant en bas âge ne doit pas, sauf circonstances exceptionnelles, être séparé de sa mère. La société et les pouvoirs publics ont le devoir de prendre un soin particulier des enfants sans famille ou de ceux qui n'ont pas de moyens d'existence suffisants. Il est souhaitable que soient accordées aux familles nombreuses des allocations de l'État ou autres pour l'entretien des enfants.

Principe 7 :

L'enfant a droit à une éducation qui doit être gratuite et obligatoire au moins aux niveaux élémentaires. Il doit bénéficier d'une éducation qui contribue à sa culture générale et lui permette, dans des conditions d'égalité de chances, de développer ses facultés, son jugement personnel et son sens des responsabilités morales et sociales, et de devenir un membre utile de la société.
L'intérêt supérieur de l'enfant doit être le guide de ceux qui ont la responsabilité de son éducation et de son orientation; cette responsabilité incombe en priorité à ses parents.
L'enfant doit avoir toutes possibilités de se livrer à des jeux et à des activités récréatives, qui doivent être orientés vers les fins visées par l'éducation; la société et les pouvoirs publics doivent s'efforcer de favoriser la jouissance de ce droit.

Principe 8 :

L'enfant doit, en toutes circonstances, être parmi les premiers à recevoir protection et secours.

Principe 9 :

L'enfant doit être protégé contre toute forme de négligence, de cruauté et d'exploitation, il ne doit pas être soumis à la traite, sous quelque forme que ce soit.
L'enfant ne doit pas être admis à l'emploi avant d'avoir atteint un âge minimum approprié; il ne doit en aucun cas être astreint ou autorisé à prendre une occupation ou un emploi qui nuise à sa santé ou à son éducation, ou qui entrave son développement physique, mental ou moral.

Principe 10 :

L'enfant doit être protégé contre les pratiques qui peuvent pousser à la discrimination raciale, à la discrimination religieuse ou à toute autre forme de discrimination. Il doit être élevé dans un esprit de compréhension, de tolérance, d'amitié entre les peuples, de paix et de fraternité universelle, et dans le sentiment qu'il lui appartient de consacrer son énergie et ses talents au service de ses semblables.