Studio Rey
Fra    Eng
Menu

Carnet de voyage

Mon travail à toujours exigé une total implication, une immersion complète et entière dans des cultures souvent très lointaine des nôtres.

J'ai vécu dans différents pays durant des années, parcouru les continents par les routes, les chemins de traverse ou par des itinéraires non répertoriés sur les cartes.

Lire la suite

Voir la galerie photos

Goût d'ailleurs, envie de découverte. Dans ces voyages, il est questions d'itinéraires insolites, mais également et surtout, de rencontres.

Il y a l'intérêt des sites, leurs beautés, la découverte d'autre population et de cultures.

Les récits de voyage sont aussi un périple imaginaire, celui que l'on suit à travers les photographies et les mots.

Mes carnets de voyage fixent un fragment, une parcelle très limitée de ce monde tellement vaste.

Mon travail à toujours exigé une total implication, une immersion complète et entière dans des cultures souvent très lointaine des nôtres. J'ai vécu dans différents pays durant des années, parcouru les continents par les routes, les chemins de traverse ou par des itinéraires non répertoriés sur les cartes… Taxi brousse, bus, camion, ânes, chameaux et godillots m'ont porté au quotidien pour aller à la rencontre des autres, pour découvrir un ailleurs bien loin de chez nous… Touareg du désert saharien, Uros de la cordillère des Andes, peuple Mongh des montagnes d'Asie, caste des intouchables indiens… Ces reportages sont extraits d'un ensemble de commandes axé vers l'enfance, devenir de l'humanité, présentant les peuples comme étant une part de chacun d'entre nous. Autant de visages, autant de parcours qui se croisent et se superposent, autant d'instants fugitifs d'ici ou d'ailleurs proposés sans distorsions, ni enluminures.

Pour réaliser ces images, j'ai partagé le précieux quotidien des humains. J'ai distribué des cadeaux, offert des cartes postales, des cerfs volant, discuté un peu, beaucoup, avec des mots de plusieurs langues mélangées, avec les mains aussi. J'ai enseigné des tours de magie, fait des blagues, chahuté…grondé parfois et puis enfin je me suis tu.

La pauvreté se conjugue avec la gentillesse, la simplicité des regards raconte plus que les discours.

Le luxe, l'indigence, l'illusion, la fatigue des hommes...

Il a fallu se connaître jusqu'à ce que les mots deviennent inutiles. Alors pouvait commencer mon travail de photographe.


Rapidement l'humanitaire m'a poussé sur tous les continents , loin des parcours balisés, à l'écart des routes bien tracés , dans les lumières d'années improbable, fuyant les vitrine agréable et proprette de société falsifié, toujours avec une obsession, être avec "eux", partager la vie quotidienne des professionnels, des bénévoles comme des populations" malmené "par une minorité.

La vie, simple, retranscrite avec toute la véracité possible et accessible, cette existence dont je tache de saisir la fugacité.

Ces moment futiles, ces moments évocateurs qui mieux que 1000 mots traduisent leur réalité.

Les photos d'un photojournaliste sont improbables, une collecte, une recherche inexorable de pépite d'émotion, l'anti thèse d'une photographie "esthétisante" ampoulé et précieuse.

La photographie de reportage; tante d' échappé à toute facilité stéréotypé, elle prétend retranscrire avec le plus de précision possible, sans altérations, ni enluminures.

L'impératif de témoigner apporte un style "documentaire" ou "un concentré informatif " enrichi par la variété et la créativité sans cesse renouvelée.

La profession de photographe journaliste est éprouvé par un contexte commercial très complexe! Les grandes agences et la presse, ont été disséqué, "absorbé", le monde de la l'édition est désormais tenue par le monde financier et politique, les actionnaires, les décisionnaires...L'indépendance éditorial est une chimère fondé sur le profit de l'immédiat et de l'image consummatoire!

La réalité des reportages, la conception des images engendre des frais importants pour des profits souvent inexistant, seul la passion de l'information, du métier nous permet de continuer! Dans cette situations, une majorité de mes confrères ont été licencié, remercié... Quelques "survivants" collaborent avec des structures différentes, des moyens au provenance variable pour continuer, persévérer, proposant une production d'auteur engagé et indépendant, loin de la soupe insipide tellement banalisé aujourd'hui.

Nous voila, non plus dans l'air de l'information, mais bien celle de la communication. Le photojournalisme, le reportage photographique, dans toute sa singularité n'est plus apprécié et encouragé. Un paradoxe extraordinaire pour un grand public doté d' une culture de l'image bien plus riche que les générations précédente!

Au début des années 1990 je bouclais difficilement 2 reportages photographique dans l'année alors que l'on m'en demandait plutôt 8/10....Comparable au journal télévisé de 20 heures qui est passé de 4 ou 5 gros titres à une bonne 20 en...Plus rapide, plus condensé, loin des détails, parfois même du réel contenue des évènements....L'air du numérique à bien entendue confirmé cette tendances...

Nos orientations professionnel de photographe reportage ont une conséquence directe sur notre perception , nos conception du photojournalisme, de l'existence même...Chaque reportage photographique est intiment inscrit en nous, mémoire fugace de nos vies, de nos histoires collective et particulière...Aucune certitude n'est possible, l'espace temps, la durée nous permettent tout juste de confirmer ou au contraire de délier une position.

Nos vies sont éphémères, particule fragiles d'un monde en constante mutation , préoccupé par ces tribulation futile qu'une poignée d'observateurs un peu rêveur essai d'attraper pour la "postérité", témoignage de notre époque immédiate.

Les prochains carnet de voyages

Mes projets….Deux pays presque continent, des voyages, des "aventure" qui demanderaient toute une vie. La chine, l'Inde. Si vaste par leurs dimension et démesurée par leurs diversités culturelles, religieuses, ethniques… Longtemps difficile d'accès, isolée sur un continent aux passé millénaire, à l'histoire qui de tout temps ont fertilisé l'imagination.

Missionaires,militaires,diplomates,scientifiques,journalistes, photographe….Venu d'Europe, de Russie, d'Amérique, du Canada ; la majorité cherchèrent à la convertir ou à « la civiliser»,à l'exploiter ou à la conquérir, quelques - un tentèrent aussi d'explorer ce monde dans toute sa diversité.

Ces 2 pays sont en pleine mutation, ces géant assoupi s'éveillent devant l'occident, toujours fasciné, parfois méfiante.

Mes reportages vous entrainerons du littoral aux régions les plus reculés, de l'industrie à l'agricultures, des strates social les plus élevé aux plus humble. Un parcourt humain et social pour établir une approche pertinente et objective de ces sociétés, dans leurs ensemble, dans toute leurs interactions.

Mes maitres sont d'une autre époque, d'un monde disparu….ils ont inspiré mon amour du métier et une certaine sensibilité.

Je pense à Walker Evans,Dorothea Lange,russel Lee qui en leur temps ont si talentueusement photographié la crise de l'entre 2 guerre.